Comment tenir une résolution

C’est simple de prendre une résolution et la tenir. Encore faut-il connaître la bonne méthode. Je l’ai testée, elle marche très bien, et quand elle échoue, elle reste une source d’information assez unique sur nos sources de motivations et nos faiblesses enfouies.

La méthode est la suivante :

1. Visez une habitude à prendre

2. Choisissez un rythme quotidien

3. Soyez ridiculement modeste

4. Anticipez les exceptions

5. Trompez votre démotivation

6. Fixez une échéance courte

Voilà, c’est tout.

[...]

Dans le doute, je détaille.

1. Visez une habitude à prendre. « Cette année, je vais perdre du poids » est une très mauvaise résolution. Pourquoi ? Parce que c’est un objectif long-terme, un horizon à atteindre, peut-être une source de motivation. Une résolution doit être définie comme une aide à avancer vers un objectif. Chaque jour, votre résolution doit vous éclairer sur une opportunité, vous alerter sur un écart de route, vous rassurer sur le fait que vous êtes sur la bonne voie. Et le meilleur guide est l’habitude. Votre résolution doit être une habitude à prendre. Pour la choisir, il se suffit de vous demander quel changement de comportement vous permettrait de progresser vers votre objectif.

2. Choisissez un rythme quotidien. On considère qu’une habitude est prise quand il est plus simple de suivre cette habitude que de faire autre chose. Une habitude s’ancre par la répétition d’un même comportement. Plus le rythme de répétition est rapide, plus l’habitude va s’ancrer rapidement. Etant donné que le meilleur moyen d’ancrer une habitude est de s’appuyer sur une autre habitude existante, la manière la plus évidente de créer une habitude est de lui donner un rythme quotidien. « Tous les jours, je vais ____________. » L’autre intérêt d’une résolution formulée ainsi, c’est de se forcer à définir une action à faire. L’expérience du chien de Pavolv montre qu’une habitude peut se créer par un comportement répété, sans aucune motivation nécessaire.

3. Soyez ridiculement modeste. Là, on touche à la partie la plus difficile à suivre. Plus votre résolution sera facile à tenir, plus vous avez des chances de réussir à la tenir. Oui, oui, vous avez bien lu. Et la preuve en est que la majorité des résolutions prises ne sont pas tenues parce qu’elles sont… difficiles à tenir. Le secret est donc de choisir une résolution extrêmement facile à tenir. Ridiculement modeste, même. Par exemple, vous souhaitez être en meilleur forme, et vous avez donc décidé de vous remettre au sport. « Allez, c’est décidé, tous les samedis, je cours ! » C’est une résolution très ambitieuse, qui a énormément de chance d’échouer. Même si vous y parvenez pendant quelques semaines, le rythme est trop faible pour qu’une habitude se prenne. Une fois l’élan de motivation initial disparu, la moindre excuse fera chuter votre résolution. Visez plus petit. Beaucoup plus petit. Par exemple, tous les matins, avant de partir au travail, vous allez enfiler vos baskets. Point. Dès que vous les avez mises, vous pouvez les enlever, vous avez tenu votre résolution pour aujourd’hui. Ca parait ridicule ? Effectivement — même si ce n’est pas faute de l’avoir annoncé. Alors pourquoi prendre une résolution si minuscule. Tout d’abord parce que, si c’est facile que ça, vous devriez réussir à la tenir. Et comme ça doit faire bien longtemps que vous n’avez réussi à tenir une de vos résolutions, ça va jouer sur votre motivation future, votre envie de prolonger ce début de réussite. Ensuite, parce que une résolution est toujours plus difficile à tenir qu’on ne le pense. En la rendant ridiculement facile à accomplir, on se prive d’excuses, parce qu’on ne veut pas avoir avoir à se dire que, non seulement notre résolution était honteusement facile à tenir, mais qu’en plus on n’a pas réussi. Enfin, parce que, une fois cette habitude solidement ancrée, il vous sera très facile de lentement la faire évoluer vers un niveau un peu plus ambitieux.

4. Anticipez les exceptions. Les résolutions sont faciles à tenir quand tout se déroule comme prévu. Mais comment parvient-on à la tenir les jours d’exception ? Les jours où on est fatigué ? Les jours où on est bourré ? Les jours où on est malade ? Les jours où on est en déplacement ? Les jours où on a juste pas envie ? Les jours où c’est pas pratique de la suivre ? Si on n’a pas prévu ces scénarios à l’avance, c’est très probable que, le jours où ils surviennent, la résolution vole en éclats. Il faut donc trouver des parades à chacune de ces situations, pour être préparé le jour fatidique où l’une d’entre elles arrivera.

5. Trompez votre démotivation. Allez, je partage une astuce bizarre avec vous. Je dois avouer que je ne sais pas exactement pourquoi elle marche, mais elle est tellement efficace que je veux que vous la testiez. Si vous avez suivi les étapes précédentes, vous avez défini un petit truc à faire tous les jours. Bien. Notez-le à chaque fois que vous le faites. Prenez une (longue) feuille, notez les numéros des prochains jours, et à chaque fois que vous tenez votre résolution, faites une croix. Une croix par jour. Voilà l’astuce. Au bout de quelques jours, vous allez avoir une série de croix. Et là va se passer quelque chose d’étrange : votre motivation à noter cette croix va dépasser votre motivation de départ à effectuer le truc que vous avez défini de faire. Il y a des jours où vous n’aurez pas envie d’attendre 5 minutes de plus pour allumer une clope, mais vous aurez quand même sacrément envie d’avoir le droit de mettre une croix de plus. Parfois, vous ne trouverez de la motivation que dans le dégoût face à l’idée de briser la belle série interrompue de croix, et vous ferez ces 3 pompes juste pour garder intacte cette belle série. C’est absurde, mais notre cerveau est ainsi fait.

6. Fixez une échéance courte. Dernière étape, sans laquelle tout le reste finira immanquablement par ne pas suffire : fixez-vous trente jours pour tenir votre résolution. C’est tout. Vous n’avez à suivre votre habitude que pendant trente jours. Après, vous avez gagné, vous êtes libre de faire ce que vous voulez. (D’expérience, au bout de trente jours, vous allez continuer, peut-être en ajustant quelques détails. Mais essayez de ne pas trop y penser. Pensez à cette échéance si proche. Trente jours, c’est rien.)

[...]

Pour découvrir comment j’applique moi-même ces conseils à ma propre situation, lisez mon étude de cas.

[...]

Cet article participe à l’évènement “Votre meilleure astuce pour appliquer vos bonnes résolutions” sur le blog Des livres pour changer de vie. Si vous cliquez sur ce lien, ça sera considéré comme un vote de votre part en faveur de l’article que vous venez de lire. (Si vous ne connaissez pas ce blog, une bonne porte d’entrée est cette analyse d’un livre qui a inspiré les conseils ci-dessus.)

Quotes

Psychological mecanisms

Quand l’inspiration survient

Pause

Le calendrier de l’habitude

Une fois entamée

La rigidité du rituel

Réagir plutôt qu’initier

Artiste parce que la vie c’est compliqué (en gros)

Garder une trace

Les choses auxquelles on a dit oui

10 choses apprises en 10 ans d’obsession

Au sujet de mes insomnies

Avoir du temps

Un monde qu’on ignorait

Des freins invisibles

5 étapes

Une utilisation trop systématique

Quand on manque de temps

Le chemin de la simplicité

Redéfinir les tâches récalcitrantes

Garder les choses simples

Aussi légère que possible

Sortir les souvenirs de son cerveau

Courir après le temps

Le problème central

Très peu de méthodes

Être patient

Ne pas chercher l’outil parfait

Personnaliser ses listes de tâches

Y consacrer du temps

Un chemin de croix

Sous le signe d’un mot

Y associer des gestes

Certains signes

Invisible le reste du temps

Ses engagements

Etre capable de se concentrer

Il n’écrit que lorsqu’il est épuisé